Les NÉGOCIANTS VOYAGEURS Pierre RETUREAU

Les Négociants Voyageurs une forme méconnue de Vente à Domicile Thèse de Pierre RETUREAU 1971 :

Cet ouvrage est considéré, à juste titre, comme étant le document de référence pour la profession.

thèse Pierre RETUREAU

 

Préface de Roger BESSE

Président de l’Union des Syndicats des Négociants-Voyageurs du Massif Central.

Membre de la C.O.D.E.R. Auvergne.

« Vous voulez faire connaître, comprendre et apprécier ce métier que vous avez tardivement découvert.

Combien avez-vous raison !

L’histoire des « Marchands de Toile » devenus Négociants-Voyageurs est en effet surprenante. Œuvre de volonté et de persévérance, de hardiesse et d’intelligence, d’imagination et de générosité, l’œuvre des Négociants-Voyageurs est avant tout créatrice et féconde même lorsqu’elle a pour prélude des errements imposés par les circonstances.

Ce que vous découvrez, ce que vous écrivez, il convenait que ce fut un étranger à la profession qui le voit et qui l’écrive afin d’assurer l’autorité et la crédibilité de votre remarquable témoignage.

Cette thèse sera accueillie avec un intérêt légitime dans les milieux économiques auxquels vous apportez des renseignements précieux sur une profession trop souvent ignorée. Elle sera lue avec profit et plaisir par les Nègociants-Voyageurs, leurs familles et leurs amis.

Je souhaite, car elle le mérite, qu’elle le soit aussi par les jeunes gens afin qu’à travers elle et l’enseignement qu’elle nous apporte, naissent des vocations de Négociants-Voyageurs décidés à entreprendre tout ce qui, dans ce magnifique métier d’homme libre, sollicite notre intérêt, notre raison et notre cœur.

Ydes le 5 juin 1972 . »

 

 

Introduction de Pierre RETUREAU :

« Deux millions de consommateurs français, soit quatre pour cent de la population française, achètent aux Négociants-Voyageurs, et pourtant ces derniers constituent un réseau de vente méconnu…..

Il semble que cette appellation apparaisse de façon certaine en 1920, lors de la formation du « Syndicat des Négociants-Voyageurs » de Condat-en-Feniers. Probablement ses promoteurs avaient-ils cherché un terme propre à distinguer ses membres des colporteurs, pour lesquels l’Etat avait pris, quelques années avant, des dispositions législatives devenues indispensables pour la sécurité publique.

C’est pourquoi, en abordant le sujet des Négociants-Voyageurs, on ne peut s’empêcher de se poser trois questions :

Qui sont-ils ? D’où viennent-ils ? Où vont-ils ?»